dimanche 31 mai 2020

Hôtes de Pentecôte, à la Rue de Saint-Brice...

En ce week-end de Pentecôte, dans la nuit de dimanche à lundi, à 1h30, ces charmants hérissons, un couple très probablement, nous rendait sa visite quotidienne, venant jusqu'à la porte du salon et montrant par là-même, qu'ils sont en confiance puisque nous avons pu prendre trois ou quatre photos, sans qu'ils ne s'en émeuvent. (Ce que nous ne faisons malgré tout le moins possible, pour ne pas les déranger.)
Ils ont de la nourriture, croquettes pour chats dont ils sont friands mais aussi sachets, filets de volailles ou steaks hachés, en trois ou quatre points, selon la localisation des familles, tout en ayant une préférence, nous semble t-il, pour les coupelles installées devant notre seuil. Ce qui suppose que chaque matin, nous y fassions un rien de ménage, car lorsqu'ils ont bien mangé, ils nous laissent sur place, des petites traces de pipi et des mini-crottes d'un noir lumineux.


- Les hérissons vivent la nuit, ont parfois, pour ceux qui ne sont pas sédentarisés, des itinéraires assez impressionnants et nous ne pouvons que souhaiter, alors qu'il leur arrive, rentrant au lever du jour à leur gîte, de traverser les routes. Pour les automobilistes qui prennent la route (qui la reprennent après confinement...) sur ces temps là, nous ne pouvons qu'espérer qu'ils y soient attentifs, en roulant un peu moins vite si possible. Les hérissons, essentiels à l'équilibre faune et flore de la nature, sont protégés et bénéficient d’un statut de protection total par l’arrêté du 23 avril 2007 (antérieurement, l’arrêté du 17 avril 1981). Ils bénéficient de cette protection dans toute la Communauté Européenne: il est interdit de les détruire, de les transporter, de les naturaliser, de les mettre en vente en application des articles L. 411-1, L. 411-2 du Code de l’environnement.

(Photo du 31 mai 2020).

Des amis chats, visiteurs du week-end de Pentecôte, à La Rue de Saint-Brice

En ce dimanche de Pentecôte, deux jolis chats nous ont rendu visite et en ont profité tout naturellement pour se sustenter. L'un et l'autre, à des moments différents, ont attiré l'attention de nos propres chats, qui les ont observés, sans agressivité mais avec attention.


Ces visiteurs du dimanche nous ont semblé en bonne santé, en bonne forme et issus probablement de familles du secteur: comme nous l'avons souvent constaté, ils sont plus particulièrement ''en visite'', sur les week-end, notamment ceux du mois de mai, pluriels et parfois plus longs, profitant en quelque sorte de l'absence de leurs familles. Il nous semble important (et plaisant) d'informer, ne serait-ce que pour que de part et d'autres l'on fonctionne en connaissance de cause.



- L'un des deux chats (deux photos) est de couleur beige-foncé et l'autre au pelage aux différentes nuances de gris, du clair au foncé.

lundi 25 mai 2020

La photo du jour (de la nuit!) de l'un de nos amis hérissons

Début mars, Catherine Viroton évoquait la sortie d'hibernation du hérisson. Plus tôt que souvent, dans la mesure où l'hiver ne fut ni rigoureux, ni long. Pour nous, comme tous les ans, nous les avons vu réapparaître aux différents points que nous avons aménagés afin de les aider pour leur alimentation, surtout dans les premières semaines qui suivent cette période d'hibernation. Dans le même temps, nous entrions dans notre période de confinement.

Avec ces familiers de nos cours et jardins, pas d'obligation de distance néanmoins, certains qui nous côtoient depuis des années ne s'interrompant même pas de manger les croquettes pour chats dont ils raffolent, quand nous les approchons, au point de continuer de les croquer pendant que nous leur en rajoutons!...
Au moment où nous écrivons ces lignes, nous nous attendons, d'ici peu, à voir apparaître les bébés de l'année.
Nous rappelons volontiers ce dont nous informait Catherine Viroton comme quoi, vivant la nuit, ils sont capables de parcourir jusqu'à 3 kilomètres, avec des risques d'être percutés par les véhicules, de façon plus accrue aux abords des villes et des villages: dans les phares, ils se voient d'assez loin et de lever un peu le pied n'est surtout pas contre-indiqué!


Petit rappel: Le hérisson est une espèce protégée et bénéficie d’un statut de protection total par l’arrêté du 23 avril 2007 (antérieurement l’arrêté du 17 avril 1981). Il bénéficie de cette protection dans toute la Communauté Européenne: il est interdit de le détruire, de le transporter, de le naturaliser, de le mettre en vente en application des articles L. 411-1, L. 411-2 du Code de l’environnement. L’article L. 415-3 de ce même code prévoit une peine pouvant allant jusqu’à un an d’emprisonnement et 15000€ d’amende, complété par l’article L415-4 qui permet la confiscation d’objets utilisés pour l’infraction : armes, véhicule...

- Celui dont nous proposons la photo qui vient d'être prise un peu après minuit, vient comme les autres s'alimenter toutes les nuits. Nous ne les prenons en photo qu'exceptionnellement, afin de les déranger le moins possible. À noter qu'ils intriguent nos chats mais font bon ménage avec.

samedi 23 mai 2020

Chats confinés, du haut de La Rue, à Saint-Brice...

Samedi 23 mai : pendant cette journée qui s'annonçait nettement plus fraîche que précédemment, nos chats-libres-avec-famille-et-toit ont spontanément opté pour un confinement-confort, comme en témoignent les photos ci-jointes. Seule la maman des quatre petits qui viennent de fêter leur premier anniversaire, résolument indépendante mais attachée à ses rejetons et à leurs devanciers, au point désormais de partager de grands moments avec eux, était ce matin sur les extérieurs...



Pour eux qui tour à tour ont adopté ce couple de retraités que nous sommes, le confinement de ces plus-que-deux-mois a apporté quelques petits changements dans leur quotidien: alors que les journées leur appartenaient quasi-totalement, ils se sont faits à la présence des voisins qui, tenus de rester à leur domicile, créait du coup, une animation inhabituelle. Il faut reconnaître que ce voisinage tout à fait compréhensif, chaleureux et accueillant, de bonne composition aussi, rend les choses tout à fait vivables, dans un bon esprit.



- Petit clin d'œil : ciel couvert, météo à la baisse, chutte de la température extérieure et la ''famille chats'', avec ces photos prises ce matin même, en confinement-détente - Isis qui aménage elle-même son coucher - Gaïa sur des couvertures rentrées du fait de la pluie de la nuit - Phœbus sur un oreiller - Aslan dans un panier en rotin - Zoraye en bout de canapé - Soul sur un bureau - Moon (la maman des quatre petits) en extérieur et nous rendant visite à l'entrée du salon pour l'une de ses collations du matin...



Vu le soleil au couchant, nous vous espérons un bon dimanche que nous ne manquerons pas de partager.

dimanche 17 mai 2020

Quand le lézard donne sa queue au chat!

Cette année, le lézard est sorti d'hibernation bien plus tôt que d'habitude et, pour les mêmes raisons, le climat à n'en pas douter, nous le retrouvons en plus grand nombre. Celui qui habite nos régions est le lézard des murailles, qui mérite bien son nom et que l'on voit se faufiler avec une grande vivacité sur les murs, les pierres en tas, dans les rocailles.


Notre préoccupation aura été jusqu'à présent, de faire en sorte que nos chats ne les déciment pas: même alimentés à souhait, de façon permanente, quatre d'entre-eux qui viennent tout juste d'avoir un an, répondent à leur instinct de capture, comme pour exercer leur talent naturel. Nos vétérans restent généralement en observation.

Lorsque nous intervenons assez tôt, dans la mesure où nos lézards ne sont généralement pas tués sur le coup, nous arrivons à leur donner une possibilité de survie en les disposant au cœur de tas de pierres. Nous avons d'ailleurs pu constater qu'ils ont cette possibilité de perdre leur queue et de s'échapper avec vivacité. De fait, nous avons pu vérifier que cette queue continue de frétiller quelques minutes détournant ainsi l'attention de nos félins. Quelquefois les lézards feignent la mort, ce qui n'est pas d'une sauvegarde la meilleure, dans la mesure où les chats jouent alors avec. C'est malgré tout ce qui nous offre la possibilité d'intervenir...

- La photo prise cet après-midi, vous présente le lézard que nous venons de soustraire à l'un de nos chats. Il est encore en état de sidération, ce qui nous aura laissé le temps de la photo, puis se faufilera entre les grosses pierres.

En nos jardins, la coccinelle asiatique de la Saint Pascal...

Histoire de souhaiter un bon dimanche à toutes et tous, cette photo prise hier de cette coccinelle jaune, généralement plus grande que les rouges qui nous sont plus habituelles. Or, cette coccinelle jaune serait considérée comme asiatique, originaire de l'Asie du nord-est et serait de plus en plus présente sur notre sol.


Les érudits pensent même qu'elle serait en passe de supplanter les coccinelles locales habituelles. Elle est avide de pucerons étant à ce titre utile à l'équilibre de la nature mais aurait comme désagrément de s'attaquer aux coccinelles autochtones. L'avenir nous dira si elles et nous aurons su trouver les meilleurs compromis possibles.

vendredi 15 mai 2020

Le printemps des guêpes qui font leur nid...

C'est en faisant un peu de rangement dans notre remise qui en a bien besoin que dans le fond d'une caisse en plastique je remarque le début de la confection d'un nid que j'attribue dans un premier temps à des abeilles.


Laissant cette caisse en place, je constate au bout d'un moment, la venue dans l'une des alvéoles, de ce qu'à première vue je prends pour un abeille. Après plusieurs allers et venues de plusieurs pensionnaires, je finis par prendre une photo et réflexion faite, je pense que j'ai affaire à des guêpes. (Cette photo prise il y a quelques jours accompagne cet écrit).

Après coup, j'ai confirmation: ce sont bien des guêpes. Considérant qu'elles ne présentent aucun danger particulier et reconnaissant leur rôle confirmé comme auxiliaires incontestés dans les jardins et espaces naturels, vu leur participation à la pollinisation des végétaux, nous avons décidé de positionner cette caisse du mieux possible en tenant compte de nos dispositions du moment et de celles de nos hôtes. À priori, cela fonctionne... et il convient de rester vigilant.

- Une indication m'est fournie, qu'illustre d'ailleurs la photo: un nid de guêpes est constitué de particules de bois trituré pour en faire un pâte à papier modelée en alvéoles...