dimanche 23 février 2020

Embarquement pour Cythère ou balades le long de la Voulzie, avec les peintures de Francis Vilmain...

Après Michel Charlet et Jacques Puydebois exposant dernièrement leurs photographies, c'est Francis Vilmain que nous retrouvons avec bonheur, à partir de ce samedi 22 février, avec ses œuvres peintes, à la Médiathèque Alain Peyrefitte de Provins, 23 rue des Marais. Cet artiste provinois a de nombreuses raisons de privilégier ce site dont il aura connu toutes les transformations, dont la dernière, en cette fin d'année passée. Bien sûr, l'enfant qu'il était, habitant la maison jouxtant, juste de l'autre côté du portail, n'avait que quelques pas à faire pour se retrouver à l'école qui s'y situait alors...


De fait, il aura eu affaire à tous les agents et responsables qui se seront succédés en ce lieu, de même qu'il aura connu les premiers élus successifs de la ville de Provins, d'Alain Peyrefitte à Olivier Lavenka, sans oublier Robert Chevalier, Christian Jacob et Françoise Depret qui tous, auront eu le plaisir de le présenter lors de ses multiples expositions, souvent en compagnie des représentants d'État de la sous-préfecture.


De la sculpture à la peinture
Dire qu'il y a pratiquement cinq décennies de cela, Francis Vilmain se faisait connaître du grand public qui le découvrait après une exposition de ses œuvres à la boucherie Turenne de l'époque. Puis, la ville avait accueilli lors d'une grande manifestation à la piscine municipale, une de ses sculptures façonnée à même un bloc de pierre récupéré de la Voulzie, et représentant la Tour César, sculpture sur laquelle figurait comme il se doit ses initiales et date. En ces temps là, et c'est dire son éclectisme, il avait de même, sculpté dans la pierre, un menhir qui prit place sur le terrain de camping et un Pinnochio façonné dans un tronc dimensionné, lequel dut se retrouver sur une aire familiale, aux Bellevues.
Depuis, l'artiste a navigué entre La Voulzie et le Styx, avec des œuvres de caractère, représentant aussi bien des aspects de Provins et du Provinois que ses visions et interprétations tirées de la mythologie grecque, sa passion de toujours. Embarquement pour Cythère ou promenade le long de la Voulzie, du Durteint ou de la Fausse Rivière?... Sur le plan de son art reconnu, il aura traité des grands thèmes des cultures dont nous sommes issus, comme de ceux des problématiques contemporaines...

Du Styx à la Voulzie...
Des monstres de cette mythologie grecque comme Charybde et Scylla se situant de part et d'autre du détroit de Messine, il en est arrivé aux ogres contemporains de nos technologies invasives qui assujettissent les populations et l'on a en mémoire, entre autres, les ''11 septembre, USA'', ''François, Boris, Bill et les autres'', ou encore le ''Big Business''. L'artiste provinois a également réalisé de merveilleuses représentations des métiers illustrés au siècle dernier, comme les mineurs en argile, les chaudronniers, les métallurgistes, sans oublier des vues fortes de quartiers de la cité médiévale comme de localités de la région...
Ce Vilmain, qui même au plus fort de sa notoriété n'oublia jamais Francis, sera par ses œuvres peintes, en place sur les cimaises de la salle d'exposition de la Médiathèque. Des racines provinoises aux cimes de l'Olympe, le visiteur ne voudra pas manquer ce voyage dans l'espace et dans le temps.


- Exposition en place dès cette semaine jusqu'au 21 mars avec entrée libre aux heures d'ouverture de la médiathèque. Contact au 01.64.00.29.37.
- (Pour accompagner cet écrit, nous avons sélectionné quelques photos prises lors d'expositions précédentes, ''Art et cépages'' au Centre culturel, ''La Roseraie'', et Hôtel de Savigny. La première photo représente l'affiche de l'exposition, prise ces jours-ci dans un environnement d'amis familiers avec lesquels l'artiste se trouve toujours en bonne compagnie...)

jeudi 6 février 2020

Une bonne nuit, de la part de Gaïa, du haut de ses neuf mois!

Gaïa, chatte qui fait partie d'une fratrie de quatre, nés en avril 2019 et dont nous a gratifiés Moon, maman-chatte qui à la suite, a été stérilisée, identifiée par puce, chatte résolument libre mais qui depuis deux ans, a adopté cette maison d'hôtes félins de La Rue à Saint-Brice, s'est sédentarisée mais qui tout en appréciant gîte et couvert ne nous permet pas encore de la toucher, Gaïa donc comme ses trois frères et sœur a tout à fait bien intégré notre intérieur, tous ayant de même, été identifiés et stérilisés.


- Photo prise il y a trois quarts d'heure: elle est sur le haut d'une armoire, posture qu'elle aime bien et souhaite à tous, la meilleure nuit possible.

samedi 1 février 2020

''Mille Morceaux'', exposition Mosaïque et Arts à Coubert, ce dimanche 2 février

''Mille morceaux'', exposition Mosaïque et Arts se déroulait ce jour à l'atelier des Loisirs de Coubert, ancienne gare, rue de la Ruelle. Le vernissage avait lieu à 18 heures, ce soir mais avec entrée libre, cette exposition, la 4ème du nom sera également visible, demain 2 février de 10 à 18 heures.

Les artistes exposants sont, en qualité de mosaïstes, Rosa Coupé, Mymosa, Carole Marcenac et son groupe de Villecresnes, Jérôme Goube et François Thibault, alors que les artistes sont Nathalie Lefèbvre de MoN'Atelier, Olivier Duchène photographe, Éric de Désign-Indus et Philippe Delessert.


Nos photos: un élément de l'affiche concernant cet événement et un photo de l'artiste photographe Olivier Duchène alors qu'il exposait en novembre dernier à Saint-Brice.
- Contact et renseignements au 07.84.50.77.27.

Avec Inventio, concert ''De Couperin à nos jours'' avec Christelle Séry et Fanny Vicens, à Paris

Concert accordéon/guitare, ''de Couperin à nos jours'', avec l'Ensemble CAIRN en duo avec Fanny Vicens et Christelle Séry, ce mardi 6 février à 19h30 à l'Auditorium Ararat, 11 Rue Martin Bernard dans me 13ème à Paris.


Christelle Séry et Fanny Vicens: ''ces musiciennes de l’ensemble Cairn présentent ce programme intimiste, mêlant leurs instruments – souvent empreints d’une mémoire populaire – aux rivages de la création, domaine qu’elles pratiquent avec passion.
Elles interprètent donc des œuvres originales de notre époque, où les techniques traditionnelles sont augmentées, exprimant ainsi des langages artistiques singuliers : l'auditeur est alors accompagné vers une écoute renouvelée du monde sonore.
Le duo s'est aussi approprié deux œuvres du passé : Les folies françaises et la Triomphante de François Couperin (1668-1733). A travers des instrumentations contemporaines de ces pièces où le compositeur donne avec humour une couleur à chaque sentiment ou allégorie, elles apportent une dimension espiègle et ludique à leur programme...''


- Billetterie en ligne sécurisée. Entrée adulte par concert : 15/17 €. Pour les tarifs réduits, se renseigner: 01.64.01.59.29. (resaconcert@orange.fr)
Vente sur place 30' avant le début du concert dans la limite des places disponibles : 17 €.
- Métro : Place d'Italie, Corvisart

samedi 11 janvier 2020

Les pompiers du SDIS 77 et de l'UDSP 77, sur tous les fronts et aussi dans les cœurs

Sur notre bureau, à droite de notre écran, le calendrier 2019 des Sapeurs Pompiers de Seine et Marne, frappé des logos de l'UDSP 77 (Union Départementale des Sapeurs Pompiers du 77) et du SDIS 77 (Service Départemental d’Incendie et de Secours de Seine-et-Marne), attend celui qui devrait déjà lui avoir succédé! Cela devrait pouvoir se faire très prochainement dans la mesure où nous espérons bien l'acquérir lors de notre visite à ces soldats du feu, prochainement, sur le stand qu'ils tiennent pour exprimer leurs souhaits, à-priori jusqu'à fin janvier, non loin de leur caserne.
(Habituellement, ce calendrier nous était proposé, en Saint-Brice, par un binôme de ces sapeurs, souvent un professionnel en compagnie d'un cadet, généralement de notre localité et attachés à la caserne de Provins. Il est vrai que Saint-Brice est bien représentée dans cette unité et les résidents leur font bon accueil, lors de ces visites, lors de leur présence aux cérémonies commémoratives, lors de leurs interventions dans le domaine important du secours aux personnes et aussi bien entendu en cas d'incendies, accidents de la route, urgences médicales, troubles de la sécurité...)


Alors que l'on est sensibilisé aux problèmes que connaissent les Australiens du fait des incendies à répétition et d'exceptionnelle ampleur, catastrophes qui ont fait de nombreuses victimes humaines et au niveau du monde animalier, nous ne pouvons que nous voir confirmer l'importance des soldats du feu et aussi du secours aux personnes, aux êtres quels qu'ils soient et à la nature. D'où qu'ils se trouvent, les sapeurs pompiers sont dans tous les cas en première ligne et ceux du SDIS 77 et de l'UDSP 77 n'échappent pas à la règle comme le montre ceux de la Communauté de Communes du Provinois auxquels, comme le montre cette photo que nous a transmis en fin d'année, Patrick Auvinet qui fut activement des leurs et qui l'est toujours au plan du partage et de l'intérêt et de la considération qu'il leurs porte. Sur cette photo d'ailleurs, prise par un de ses camarades, l'on peut voir Christian Jacob, qui leur a rendu hommage et qui comme tous, trouve légitimes, leurs demandes.


Des inondations du Var au barnum de Provins...
Le barnum auprès duquel on les voit, sera très probablement en place, comme nous le confirme Patrick Auvinet, jusqu'à la fin de ce mois de janvier. Ce dernier nous a d'ailleurs passé d'autres photos, notamment des inondations dans le Var, sur le secteur de Vidauban où se trouvait son ami Stéphane Schneider, en intervention, lui l'ancien gendarme à Provins et pompier volontaire dans cette caserne du département sinistré: ''Des colonnes de renfort sont venues des Bouches du Rhône, du Gard, du Vaucluse, du bataillon des marins pompiers de Marseille pour ce qui est de ce département et de l' unité d' intervention de la Sécurité Civile basée à Brignoles pour être engagée quant à elle sur Fréjus. Une fois que le niveau des eaux eut baissé suffisamment, ajoute Patrick, les opérations de pompage des maisons sinistrées a pu commencer, travail considérable qu'il faut imaginer dans la durée. Plus de 200 hélitreuillages ont été réalisées par les EC 145 de la Sécurité Civile pour venir en aide aux sinistrés perchés sur les toits de leurs maisons ou sur le toit de leurs voitures .Sachant que ces phénomènes climatiques se répèteront invariablement dans l' avenir, l' information diffusée par les médias a jouée un rôle prépondérant dans l' alerte en amont de cette situation de crise hors normes. Pour exemple, la caserne de pompiers de Draguignan avait anticipée pour sortir tous leurs véhicules afin de les mettre en sécurité sur les hauteurs, chose qui ne s' était pas passée en 2011 et 2015 lors de précédents épisodes .Plusieurs véhicules s' étaient trouvés noyés dans la cour de la caserne. On ne voyait plus que le toit des voitures et des camions. Il y a intérêt à ce que le gouvernement déclare plus que rapidement l' état de catastrophe naturelle pour indemniser au plus vite les sinistrés qui pour la plupart ont tout perdu. En quelques heures, c' est toute une vie qui s' efface...''



- Les photos de ce jour: outre la photo du calendrier 2019 des sapeurs-pompiers de Provins, qui sur notre bureau attend celui de l'année en cours, nous proposons pour un premier jet, celle de la ''une de Provins'' de la REP et celles transmises par P. Auvinet de la visite de Christian Jacob, du rond-point qui jouxte la caserne avec leur banderole et l'une des photos issue du Var...

mardi 7 janvier 2020

''Le Rajasthan, élégance et couleurs'', avec les photos de Jacques Puydebois, à Provins

Une pensée émue, pour Jeanne Puydebois nous habite immanquablement au moment où nous évoquons cette exposition de son fils Jacques, sur le Rajasthan, exposition en place à la médiathèque Alain Peyrefitte de Provins, 23 rue des Marais, jusqu'au samedi 11 janvier inclus. Alors que l'artiste saint-briçois donnait à voir une soixantaine de ses très belles photos prises dans ce pays aux couleurs séduisantes, lors d'un séjour effectué avec Annie son épouse, Dame Jeanne , après une vie consacrée à transmettre et à partager - elle faisait partie de ces devanciers qui avaient montré la voie - regagnait le chemin de lumière des voûtes célestes. Célébrée vendredi 13 décembre, les obsèques de cette figure provinoise ne pouvaient qu'émouvoir.



Lors du vernissage de cette exposition consacrée aux photographies de Jacques Puydebois, Olivier Lavenka, maire de Provins, ne manqua pas l'inventaire des talents conjugués de l'artiste, le dernier et non le moindre étant en lien avec la photographie. Cet ancien élu, plusieurs mandats comme maire de Saint-Brice, fut entre autres un enseignant de carrière, professeur notamment au collège Jules Verne et un musicien faisant partie de la formation de base de l'Harmonie municipale de Provins... Le premier élu de Provins salua le talent photographique du Saint-Briçois: ''pas loin de 4000 photos lors de trois semaines environ, passées au Rajasthan!...'', s'accordant même avec humour, le plaisir de calculer le nombre de clichés à l'heure! Certes, quand l'on aime ce que l'on fait, le temps que l'on y consacre ne s'exprime pas en terme de pénibilité...


Accent mis sur la couleur, les couleurs, l'approche de la femme comme de l'homme de ce vaste pays, vision différente de ce que nous connaissons dans notre pays, ne serait-ce qu'au niveau des pigments que l'on retrouve chez l'une comme chez l'autre, dans les maquillages, habillements, accessoires... Couleurs aussi dans les paysages, la nature, la terre, l'eau et le ciel, dans les monuments et édifices prestigieux comme dans la vie de tous les jours! Jacques nous fera comprendre toutefois qu'il ne faut pas en rester uniquement aux aspects chatoyants que nous offre une telle approche: la condition des êtres, des femmes particulièrement, les difficultés de la vie, le rapport à la religion, aux religions, à la métaphysique, au monde animalier, à ''l'après...'' ne sont pas du même ordre que ce que nous pouvons connaître dans notre occidental hexagone.


Exposition qu'il faut voir et dont ceux qui l'ont vue n'hésitent pas à y retourner, le plaisir étant par ailleurs accru par la qualité du site, l'accueil qui est fait et de nouvelles dispositions qui servent l'esprit de la culture plurielle, locale, de qualité sans être élitiste, de la culture en lien avec notre ruralité.



- Nous pouvons ajouter que notre choix photographique pour cette première série de photos prises lors du vernissage, met en exergue des sujets, des personnes, qui à notre sens illustrent tout à fait cette dynamique, cette richesse, cet état d'esprit en toute belle simplicité.D'ici la fin de cette semaine, nous espérons bien passer d'autres photos répondant à ces critères.

dimanche 5 janvier 2020

Pour une année 2020 qui réponde aux espérances de tous!

Déjà six jours au compteur de cette dernière année de la deuxième décennie de ce premier siècle de ce troisième millénaire... Certes, l'on a tendance, comme le disent beaucoup de commentateurs sur les différents médias, à penser que 2019 a clôturé une décennie alors que celle en cours, ne se terminera qu'à la fin de l'année qui vient de s'engager et pour laquelle, avec déjà un peu de retard, nous proposons nos vœux à tous ceux qui nous lirons. Que 2020 apporte à tous la satisfaction d'enregistrer la réalisation des espérances les plus attendues.


Pour formuler ces vœux, en attendant un adressage plus personnalisé, individualisé, cette photo qui vient d'être prise d'une fleur de cet Épiphyllum partageant l'aura du sapin de Noël et qui a la particularité de nous gratifier à longueur de temps. En effet, elle sort toujours au moins une fleur et l'on peut constater sur cette image qu'un bourgeon est prêt à prendre la relève. Autrement cette plante généreuse, également appelée Épicactus ou Cactus Orchidée et originaire d'Amérique centrale et connaît une floraison exubérante du printemps à la fin de l'automne. Espérons que pour cette année à venir, elle nous accompagne avec cette idée de partage quotidien à laquelle nous sommes attachés, jour après jour...